Pourquoi intégrer une entreprise « libérée » ?

Notre société désigne la liberté comme l’une de ses valeurs fondamentales, que l’on souhaite garantie dans notre vie privée comme dans la sphère professionnelle. Pourtant, trop souvent dans le monde du travail cette notion de liberté nous échappe. Ecrasée sous le poids d’un modèle traditionnel de management command and control trop rigide.

Chez GoSense, nous sommes convaincus qu’il existe une autre manière d’agir en tant que manager. La manière des entreprises où la liberté devient le principe de management. Et que cet environnement nouveau qui encourage la créativité et l’épanouissement de nos collaborateurs peut devenir un véritable facteur de rentabilité pour l’entreprise.

Vous vous dites peut-être qu’il doit y avoir tromperie ? Que ça ne marchera jamais ? Mais en vérité, on ne vous promet pas de recette miracle. Juste de donner l’envie d’avoir envie.

Valoriser le potentiel humain et le collectif

Et pour donner envie en entreprise, lorsque l’on est manager, nous sommes convaincus que cela débute par une communication ouverte et honnête. En permettant à chaque collaborateur de s’exprimer et en instaurant la « vérité » dans tous les dialogues. Une bienveillance trop souvent galvaudée qui constitue pourtant l’un des facteurs clés de succès d’une entreprise, et la première brique pour construire une entreprise libérée et performante.

Cette franchise entre les acteurs d’une même entreprise peut en effet paraître évidente mais elle constitue déjà une véritable remise en cause de l’objet du management, généralement réduit au partage d’information et à l’art d’influencer les équipes. Ce que nous suggérons ici, c’est d’entrer dans un nouveau paradigme managérial où les échanges entre manager et collaborateur ont pour unique but d’instaurer une confiance réciproque et de faire progresser le collectif. Cela commence entre autres par encourager la prise de risque et l’initiative individuelle. En privilégiant les projets transversaux et en donnant des responsabilités à tous les collaborateurs. Mais aussi en valorisant les partages d’expériences entre collaborateurs et managers, avec des échanges qui ne se réduisent pas à l’évaluation des performances ou à la mise en place d’objectifs. Une recette que nous appliquons quotidiennement chez GoSense et qui fait dorénavant partie de notre ADN : chaque nouveau projet et chaque nouvelle phase de développement d’un produit s’amorce par des discussions et des rencontres qui permettent de faire émerger de nouvelles initiatives et de confier à chacun les responsabilités qu’il souhaite avoir.

De cette manière, l’entreprise se nourrit des individualités pour former un tout plus performant. Grâce à la combinaison de la valeur ajoutée de chacun des collaborateurs et à ces échanges libérés, nous développons un véritable « capital organisationnel » pour la société. Une forme d’intelligence collective qui s’enrichit au quotidien des expériences décomplexées et des progrès de tous nos collaborateurs pour rendre l’entreprise agile. C’est-à-dire une entreprise capable de s’adapter à son environnement… mais aussi de détecter les signaux faibles qui préfigurent les changements du marché dans le but d’innover et de développer sa performance de façon durable.

Et si on transformait le Manager d’aujourd’hui ?

Dans ce contexte, le manager qui tient son autorité de la hiérarchie et se positionne comme le garant de la productivité devient obsolète. Place au leader, un individu centré sur les personnes qui va agir comme un moteur pour l’équipe. Permettre à chacun d’oser aller plus loin, de s’accomplir dans l’entreprise et pour l’entreprise.

Ce nouveau manager-leader n’est plus un transmetteur de décision mais un pourvoyeur de sens. En laissant de côté tous ses artifices, le manager-leader peut se concentrer sur sa véritable mission : créer un espace sécurisé dans l’entreprise permettant l’épanouissement de ses équipes, et identifier les opportunités plutôt que les problèmes. Car si les problèmes doivent bien sûr toujours être résolus, les opportunités quant à elles vont et viennent… et peuvent s’échapper.

Et pour créer cet environnement positif, dans lequel tous les collaborateurs peuvent s’exprimer, le manager-leader doit avant tout montrer qu’il est humain et authentique. C’est un team builder capable de fédérer par le dialogue et d’accepter les autres dans leur différence. Mais aussi de s’exprimer lui aussi en tant qu’individu, de dévoiler ses faiblesses et de traduire les valeurs de l’entreprise en actes.

Gérer les divergences sans se bloquer et sans créer de conflits permet alors la libération de l’intelligence. Le manager peut ainsi bénéficier des conseils de ses équipes tout en les accompagnant de la meilleure manière possible dans leurs missions. Et en évitant des situations d’usure et de tensions coûteuses pour l’individu et pour l’entreprise, la collégialité et l’entraide deviennent des composantes de la performance du groupe.

Un environnement « libéré » pour des talents créatifs et épanouis

Mais la liberté ne signifie pas pour autant l’anarchie dans l’entreprise. Reconnaître la capacité de l’individu à penser et à agir, donc à avoir son libre arbitre, c’est aussi reconnaître ses responsabilités et sa capacité d’auto-contrôle. Et au besoin, le leader-manager saura définir collectivement les règles garantissant l’espace de liberté et l’épanouissement de chacun. Mais à quoi faut-il s’attendre concrètement en tant que collaborateur lorsque l’on intègre une start-up libérée ?

Choisir d’intégrer une start-up libérée, c’est tout d’abord choisir l’opportunité d’être plus autonome et plus responsable. « Le meilleur gouvernement, c’est celui qui nous enseigne à nous gouverner nous-mêmes » disait déjà Goethe. Dans l’entreprise libérée, chacun est invité à prendre des décisions mais aussi à organiser son travail comme il le souhaite. C’est la fin du culte du présentéisme… mais aussi des responsabilités supplémentaires vis-à-vis de l’ensemble des collaborateurs et de soi-même.

Choisir d’intégrer une start-up libérée, c’est aussi sortir de sa zone de confort avec une structure qui peut constamment se réinventer. Car l’on considère que chaque acteur est le meilleur expert de sa pratique, il est à ce titre légitime pour faire évoluer son activité. Charge à lui également de suivre les évolutions de son environnement.

Enfin, choisir d’intégrer une start-up libérée, c’est décider de s’accomplir au travail. En plaçant l’individu au cœur de l’organisation, l’entreprise libérée permet à tous ses collaborateurs d’exister réellement et de faire valoir leurs différences. Mais aussi de se doter collectivement d’un idéal suffisamment important pour se dépasser au quotidien.

Chez GoSense, nous croyons fort en cette vision. Rassemblée pour faire évoluer l’accessibilité participative et citoyenne, notre équipe porte à travers chacun de ses membres un projet commun : développer des technologies innovantes qui ont du sens. Et nous observons chaque jour que lorsque les pouvoirs de création et de décision sont partagés, alors tout s’améliore : le travail en équipe, la productivité, le bien-être au travail et in fine nos performances.

Vous vous reconnaissez dans cet article et vous partagez notre vision ? Contactez-nous, nous sommes constamment à la recherche de nouveaux talents.

Hugues de Chaumont, Cofondateur et Président de GoSense.

GoSense l’innovation a du sens !

www.gosense.com